ÉVANGILE : « Le royaume des Cieux est comparable à une graine de moutarde, si bien que les oiseaux du ciel font leurs nids dans ses branches » (Mt 13, 31-35)

Homélie d'ouverture de la colonie 30 juillet 2018

Saint Jean de Monts

« C’est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé, elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre»
Qui est cette semence, ce grain qui est tout petit et qui devient un arbre si grand, une plante si belle, un soutien pour les oiseaux ?
C’est Jésus… Jésus parle de Lui dans la parabole. Il est le royaume de Dieu, il est Dieu qui règne sur nous, en nous.
Il est la petite semence qui va naître, inconnu à Bethléem. Il sera ignoré de ses contemporains. On le connait, mais humainement. C’est le fils du charpentier. On dira même de Jésus : « Il a perdu la tête », et Jésus ne peut pas faire de miracle.
Il vivra à Nazareth avec Saint Joseph et la sainte Vierge Marie, dans la prière, la vie familiale, le travail de charpentier.
Nous prierons souvent Notre Dame, la Mère de Jésus. Elle nous le fait connaitre. Marie nous montre son Fils, le Fils de Dieu.

Et parce que le message de Jésus sera brouillé (cela arrive aussi avec nos paraboles), sera incompris, sera même refusé ou déformé (certains le mettent à l’épreuve), Jésus sera arrêté, trahi, abandonné et va mourir sur la Croix.
Voilà le grand arbre que tous les hommes connaissent et reconnaissent.

Quand on voit une croix, cela nous rappelle l’amour de Jésus pour son Père et pour chacun de nous. C’est pourquoi nous allons (ré)apprendre à faire le signe de croix avec respect, avec amour, avec foi ! Regardez tel ou tel animateur. Et vous verrez que le signe de croix est une vraie prière. Je pourrai vous montrer une vidéo du pape François se moquant un peu des gens qui font le signe de la croix trop vite…
Nous allons découvrir tout au long de la colonie cette grande croix de saint François. En fait, cette croix était dans une petite chapelle à Assise, la chapelle saint Damien. Un jour, François priait. Il entend une voix venant du crucifix : « Répare mon Eglise qui tombe en ruine ».
François comprend, comme dans l’Évangile, matériellement, humainement. Il va rebâtir la chapelle avec quelques compagnons. Mais il va progressivement découvrir que le Seigneur – c’est Lui, Jésus, qui lui parlait- voulait que François travaille à faire grandir l’amour de Dieu, à instaurer le Règne de Dieu. A découvrir toujours plus l’amour de Jésus qui a donné sa vie.
Oui, Jésus est la petite semence, Jésus est le grain de blé qui se donne en nourriture dans la sainte Eucharistie.

A Katorin, nous voulons vivre la messe encore plus proches de Jésus. Certains viendront en semaine, puiser à l’amour de Jésus. Nous découvrirons, chaque soir, avec le Pape François, un peu plus cette si grande prière.
Le saint Curé d’Ars disait : Toutes les bonnes œuvres réunies n'équivalent pas au saint Sacrifice de la Messe, parce qu'elles sont les œuvres des hommes, et la Messe est l’œuvre de Dieu. Le martyre n'est rien en comparaison : c'est le sacrifice que l'homme fait à Dieu de sa vie ; la Messe est le Sacrifice que Dieu fait à l'homme de son Corps et de son Sang.

A chaque messe, en semaine comme le dimanche, 2 d’entre vous apporteront les offrandes, le pain et le vin qui vont devenir le Corps et le Sang de Jésus. Chacun pourra alors entendre, comme saint François autrefois, Jésus dire : « Si tu m’aimes, que fais-tu pour moi ? répare mon Eglise !
Cette procession manifeste notre désir d’être changés par Jésus, par la puissance de son amour. Nous participons à sa victoire sur le péché. Voilà le grand arbre sur lequel nous pouvons nous abriter, nous reposer, pour aimer Jésus et le faire aimer. « Si tu m’aimes, que fais-tu pour moi ? répare mon Eglise !

Père Jérôme